Les commentaires d'un Echanson RetourDégustation "CONNAISSANCES" : DOMAINE MARCEL DEISS
Dégustation les vins d'Alsace Fidéle à ses habitudes, Patrice notre Maître de chai, nous à fait découvrir UN vigneron : JEAN MICHEL DEISS. Plus que de longs discours, qui de toute façon ne feront que restituer partiellement la réalité de cette belle soirée, je vous propose de vous connecter sur le site internet des vins MARCEL DEISS. Sur ce site, vous découvrirez notamment, une vidéo de quelques minutes dans laquelle Jean - Michel DEISS, nous fait partager l'amour de son terroir, de ses vignes, de ses vins et de son SAVOIR-FAIRE. Au cours de cette dégustation dont le but était de nous faire découvrir (d'où le terme CONNAISSANCES de cette soirée) une ALSACE athypique, différente de celle qui nous propose ses Rieslings, Gewurtztraminers etc . . . . . .nous avons dégusté : BURLENBERG 2002 (rouge) LANGENBERG 2004 SCHOFFWEG 2003 GRUENSPIEL 2001 HUEBUHL 2001 ENGELGARTEN (500ml) 2002 BURG 2003 ROTENBERG 2002 ALTENBERG DE BERGHEIM GRAND CRU 2003
LES VINS DE TERROIRS les vins sont parfois rencontres futiles, éternels, mots redits à l'infini, formes mortes et fossiles qui nous ramènent à leur peur primitive de l'inconnu. Nous avons besoin de nommer de cépage pour le domestiquer encore, ce goût déjà connu. Reflets de cette maîtrise, ces vignobles tiré au cordeau, parfaits, vigoureux et productifs disent là le désir éperdu des certitudes, l'abandon éthique, le primat des techniques et la mort de Dieu! Et puis parfois au détour d'un coteau, une parcelle dense, ses petits ceps agenouillés et tordus, courbés vers la terre comme les moines pénitents, renonce aux luxes de l'engrais, s'abandonne au silence, au recueillement et à la profondeur. Le vigneron, sa seule pioche à la main, assiste silencieux au dialogue éperdu d'une plante avec son créateur, ses racines plongées au fond cherchent son MOI, dépassant sa souffrance pour se livrer au Terroir comme à une rédemption. Septembre livre alors des saveurs inconnues, un raisin triomphant, torrent de notent subtiles et frémissantes où se joue tout entier la symphonie d'un monde que nos arrogances escamotent. Alors le TERROIR se déploie; douce musique policée des sables, lumière tropicale des calcaires, rectitudes presque métrique des grès, force messianique des volcanismes, souffle grégorien des marnes. Et par-dessus le ballet des vents, le reflets des soleils, la pluie comme le relais du ciel, chaos du climat, chaque jour dissemblable qui souligne, atténue et transcende cette énergie primitive, le hasard géologique et le souffle Divin. Qu'elle est humble notre sueur, ces gestes vignerons comme un rite trop ancien dont presque tous ont perdu le sens. Et combien grandit notre respect devant ces forces immémoriales que nos anciens ont nommé en constituant le cadastre, trésor unique témoin de tant d"effort, de tant de travail et de tant de foi. Jean-Michel DEISS